Membres & services

guide GUIDE POUR LES NOUVEAUX MEMBRES ET NOUVEAUX ARRIVANTS

Table des matières

 

LA RECHERCHE D'EMPLOI EN GESTION DE PROJETS AU QUÉBEC

1. La Carrière en gestion de projets au Québec 2. L'intégration au marché du travail au Québec 3. Le Curriculum Vitae 4. La Lettre de présentation 5. L'Offre d'emploi 6. Bottin d'entreprises

 

2. L'INTÉGRATION AU MARCHÉ DU TRAVAIL AU QUÉBEC

 

L'intégration du professionnel en gestion de projets au marché de travail au Québec peut représenter un défi pour plusieurs. Cependant, avec une attention adéquate aux aspects culturels locaux, le Québec est un endroit très ouvert aux immigrants qualifiés et qui offre de nombreuses opportunités intéressantes.

Plusieurs ressources sont à la disposition des nouveaux arrivants. Un bon exemple est le Club de Recherche d'Emploi, un partenaire du PMI-Montréal qui offre un atelier de 3 semaines axé sur la recherche d'emploi au Québec.

Voici quelques autres trucs et messages de nos experts:

 

                    

« Au Québec, la présence des immigrants est importante. Dans un milieu de travail ou d’étude, il faudrait se respecter les uns et les autres et faire valoir ce que chacun a de mieux. Le professionnel qui ne connaît pas encore son milieu ou son environnement de travail devrait l’exprimer et s’adresser aux bonnes ressources afin d’avoir la réponse adéquate. Même quand nous sommes dans une discussion entre québécois, parfois nous ne semblons pas parler la même langue. Imaginez-vous quand nous rassemblons des gens qui ne partagent pas la même langue maternelle dans une discussion. Alors, c’est normal de poser des questions afin de mieux comprendre le message. Ne soyez pas gênés de le faire » (Agnès Bedard).

                    

 

                    

« Une activité intéressante que les étudiants en maîtrise en gestion de projets de l’UQÀM organisent est la semaine MGP. À chaque automne, des présentations sont offertes ainsi que des opportunités de réseautage à tous ceux qui veulent s’intégrer au marché de travail québécois » (Brian Hobbs).

                    

 

 

 

LETTRE DE M. MARC MESSIER

Le marché du travail au Québec a beaucoup d’immigrants qualifiés. Il est important de savoir travailler dans un contexte multiculturel. Les différences dans un milieu multiculturel vont au-delà des aspects linguistiques: elles touchent les valeurs fondamentales de chaque personne. Ce qui peut paraître banal pour quelqu’un peut être offensif pour une autre personne. Par exemple, les immigrants français réalisent rapidement que même ayant la même langue que les québécois, la culture et la façon de voir les choses et de travailler en mode projet sont très différentes.

Un aspect de la gestion de projet affecté par les différences culturelles est le traitement des échéanciers. Au Québec, si le projet est en retard, il est acceptable de contacter le client, pour lui expliquer la situation, et éventuellement, planifier une nouvelle date de livraison du produit. Tandis que dans d’autres cultures, cette action peut paraître inadmissible. 

Dans certains cultures, la famille est plus importante que le travail, tandis que dans d’autres, le travail est toujours l’aspect le plus important. Dans le milieu de la gestion de projets, cette différence s’exprime, par exemple, en temps supplémentaire pour finir un livrable promis à un client. Les différences culturelles dans le milieu de travail peuvent laisser certaines personnes inconfortables. Il est important de reconnaître ces différences et de les respecter afin de garder un environnement de travail productif et respectueux.

L’aversion au risque est plus présente dans notre culture québécoise que dans certaines autres cultures observées en Amérique du Nord. Cette différence peut générer des conflits.

Au Québec, l’éthique et la transparence sont de valeurs beaucoup plus importantes que le profit. Le profit est valorisé mais pas au détriment du respect et de l’éthique, le profit exagéré peut quelque fois être mal perçu. Comme dans toute société, il est important de reconnaitre les différences culturelles et de les respecter pour réussir.

Le concept d’autorité au Québec diffère de ce que nous voyons parfois ailleurs : par exemple, tutoyer le patron et le considérer comme un ami est acceptable ici tandis que dans d’autres cultures c’est inacceptable.

Tous les immigrants se trouveront au moins une fois dans une situation où ils diront : ‘Chez nous ça ne se fait pas comme ça’. Dans certains pays les projets sont gérés en utilisant une approche et une structure plus lourde qu’ici. Par exemple, au Québec, dans le domaine de TI, au lieu d’écrire un document d’architecture de 80 pages avant de commencer à coder on privilégiera l’essai immédiat d’une première solution afin d’expérimenter le plus rapidement possible (en lien avec la philosophie Agile). Il est important de comprendre cette réalité pour bien s’intégrer dans cette culture.