Guide des nouveaux membres

L'intégration des nouveaux arrivants au marché du travail

 

L’intégration du professionnel en gestion de projet au marché de travail peut représenter un défi pour plusieurs. Cependant, avec une attention adéquate aux aspects culturels locaux, le Québec est un endroit très ouvert aux immigrants qualifiés et qui offre de nombreuses occasions intéressantes.

 

Pour toute personne qui se questionne sur les différentes opportunités de travail en gestion de projet au Québec, sachez que le secteur des TI (technologies de l’information) est reconnu comme le plus international, le plus ouvert à embaucher des immigrants. Cependant, suite à quelques années d’expériences locales, des portes s’ouvriront pour vous permettre d’entrer dans d’autres secteurs.

 

Normalement, l’intégration des nouveaux arrivants sur le marché du travail passe par l’adaptation de la langue et il extrêmement important que vous sachiez que la seule langue officielle de la province du Québec est le français. Même si la majorité de la population est bilingue (français-anglais) et qu’une bonne connaissance de l’anglais est souvent exigée pour plusieurs postes de travail — surtout en gestion de projet —, la langue de travail demeure le français et sa maîtrise est un point-clé d’intégration pour les nouveaux arrivants.

Par la suite, il faut souligner aussi l’importance de l’autoévaluation du gestionnaire de projet qui vient d’arriver, pour qu’il connaisse ses forces et ses faiblesses dans le contexte de la gestion de projet québécoise. À côté des compétences techniques — aussi connues comme hard skills —, des qualités humaines et relationnelles — les soft skills — sont celles qui sont très appréciées par les recruteurs et gestionnaires, et qui pourraient vous distinguer dans une entrevue et même dans l’accomplissement de votre travail suite à l’embauche. D’autant plus que notre profession est de gérer des personnes et non des machines, les compétences techniques l’emportent souvent sur les habiletés qualitatives ou générales. Pour le faire, le nouvel arrivant peut utiliser des outils comme MBTI (Myers-Briggs Type Indicator) pour identifier son type de personnalité et connaître ses forces et ses points d’amélioration.

Pour s’engager à votre intégration au marché du travail québécois, plusieurs ressources sont à la disposition des nouveaux arrivants. Un bon exemple est le CREMCV (Club de recherche d’emploi de Montréal Centre-Ville), un partenaire du PMI-Montréal qui offre un programme de coaching professionnel pour les gestionnaires de projet. Pour plus d’information, veuillez visiter le site web de CREMCV.

 

Voici quelques autres trucs et messages de nos experts :

« Au Québec, la présence des immigrants est importante. Dans un milieu de travail ou d’étude, il faudrait se respecter les uns et les autres et faire valoir ce que chacun a de mieux. Le professionnel qui ne connaît pas encore son milieu ou son environnement de travail devrait l’exprimer et s’adresser aux bonnes ressources afin d’avoir la réponse adéquate. Même quand nous sommes dans une discussion entre Québécois, parfois nous ne semblons pas parler la même langue. Imaginez-vous quand nous rassemblons des gens qui ne partagent pas la même langue maternelle dans une discussion. Alors, c’est normal de poser des questions afin de mieux comprendre le message. Ne soyez pas gênés de le faire. » (Agnès Bédard)

 

« Une activité intéressante que les étudiants en maîtrise en gestion de projet de l’UQAM organisent est la semaine MGP. Chaque automne, des présentations sont offertes ainsi que des occasions de réseautage à tous ceux qui veulent s’intégrer au marché de travail québécois. » (Brian Hobbs)

 

 

L’ATELIER « LE CHEMIN DU SUCCÈS PERSONNEL… LE PARCOURS DE L’IMMIGRANT »

 
L’atelier « Le chemin du succès personnel… Le parcours de l’immigrant » est une activité interactive qui aide les professionnels qui arrivent d’un autre pays à trouver leur chemin à travers les défis du processus d’immigration. Déjà rendu à sa troisième année, cet atelier est livré quelques fois par année et est une excellente occasion d’interagir avec d’autres personnes qui se trouvent dans une situation similaire, d’apprendre avec l’échange d’expériences entre les participants et le facilitateur, en plus de donner 3 PDU aux professionnels certifiés.


L’atelier mise sur l’application de concepts éprouvés de gestion du changement et fournit des outils pour la réflexion et la préparation d’un plan d’action vers la réussite personnelle et professionnelle dans le processus d’immigration au Québec.
 
Il a été originalement conçu par Mme Merling Sapene, auteure du livre « Éviter les bosses lors du trajet d’intégration » (disponible sur Amazon.ca) et livré par M. Alcides Santopietro, un professionnel d’origine brésilienne qui vit au Québec depuis 11 ans.
 

TRAVAILLER AU QUÉBEC, SELON DES IMMIGRANTS

 
« Le marché du travail au Québec a beaucoup d’immigrants qualifiés. Il est important de savoir travailler dans un contexte multiculturel. Les différences dans un milieu multiculturel vont au-delà des aspects linguistiques : elles touchent les valeurs fondamentales de chaque personne. Ce qui peut paraître banal pour quelqu’un peut être offensif pour une autre personne. Par exemple, les immigrants français réalisent rapidement que même ayant la même langue que les Québécois, la culture, la façon de voir les choses et de travailler en mode projet est très différent.


Un aspect de la gestion de projet affecté par les différences culturelles est le traitement des échéanciers. Par exemple, dans certaines cultures, si le projet est en retard, il peut être acceptable de contacter le client pour lui expliquer la situation, et éventuellement, planifier une nouvelle date de livraison du produit. Tandis que dans d’autres cultures, cette action peut paraître inadmissible.



Dans certaines cultures, la famille est plus importante que le travail, tandis que dans d’autres, le travail est toujours l’aspect le plus important. Dans le milieu de la gestion de projet, cette différence s’exprime, par exemple, en heures supplémentaires pour terminer un livrable promis à un client. Les différences culturelles dans le milieu du travail peuvent laisser certaines personnes inconfortables. Il est important de reconnaître ces différences et de les respecter afin de garder un environnement de travail productif et respectueux.

L’aversion au risque est plus présente dans certaines autres cultures que d’autres. Cette différence peut générer des conflits.

 

L’éthique et la transparence sont des valeurs parfois beaucoup plus importantes que le profit. Le profit est valorisé, mais pas au détriment du respect et de l’éthique. Le profit exagéré peut quelquefois être mal perçu. Comme dans toute société, il est important de reconnaitre les différences culturelles et de les respecter pour réussir.

 

Le concept d’autorité diffère parfois selon les cultures : par exemple, tutoyer son supérieur immédiat et le considérer comme un ami peut être acceptable ou non.

 

Tous les immigrants se trouveront au moins une fois dans une situation où ils diront : “Dans mon pays d’origine, ça ne se fait pas comme ça”. Dans certains pays, les projets sont gérés en utilisant une approche et une structure plus lourde qu’ici. Par exemple, de plus en plus au Québec, dans le domaine des TI, au lieu d’écrire un document d’architecture de 80 pages avant de commencer à entrer du code, on privilégiera l’essai immédiat d’une première solution afin d’expérimenter le plus rapidement possible (en lien avec la philosophie Agile). Il est important de comprendre cette réalité pour bien s’intégrer dans cette culture. »

 

(Marc Messier)

LES PROGRAMMES POUR LES NOUVEAUX ARRIVANTS

« Les immigrants apportent plusieurs atouts intéressants pour le domaine de la gestion de projet. Par exemple, leur expérience internationale, leur capacité d’adaptation et une façon différente de voir les choses, ce qui est très bien vu par certains employeurs. » (Marc Messier)

 
La province du Québec offre divers programmes pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants au marché du travail. Pour ceux et celles qui cherchent des opportunités dans le domaine de la gestion de projet, il y en a trois qui se démarquent :
 
 
1. INTÉGRATION-TRAVAIL-FORMATION

En mai 2017, le Bureau d’intégration des nouveaux arrivants à Montréal (BINAM) de la Ville de Montréal, le gouvernement du Québec, la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain et quatre grandes entreprises québécoises ont créé le projet Intégration-travail-formation pour aider les immigrants et les immigrantes qualifiés de Montréal à obtenir une première expérience de travail locale et développer de nouvelles compétences à travers la formation et le soutien. Ce programme s’est inspiré du programme de parrainage professionnel (PPP) de la ville.

Les entreprises participantes (Mouvement des caisses Desjardins, Hydro-Québec, Intact Assurance et SNC-Lavalin) sont très intéressantes pour développer une carrière en gestion de projet, car elles ont des bureaux de gestion de projet, des expériences et du savoir-faire reconnus. Ce programme est rémunéré et, toutes les années, il y a entre 12 et 15 travailleurs immigrants qualifiés qui peuvent jouir de cette occasion.

Les immigrants et les immigrantes admissibles ne doivent avoir aucune expérience de travail au Canada ou aux États-Unis, ils doivent être arrivés depuis moins de cinq ans et détenir un diplôme et de l’expérience dans le domaine des postes ouverts. Les postes sont affichés sur le site web des entreprises participantes avec le suffixe « Intégration-travail-formation ».

Pour plus d’information, veuillez visiter le site web du programme.

 

2. PROGRAMME INTERCONNEXION

Organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, avec le soutien d’Emploi Québec, le programme Interconnexion favorise le contact entre les organisations de Montréal et les nouveaux arrivants pour les aider dans leur intégration professionnelle. Les activités de jumelages sont gratuites, variées et incluent :

  • Immersion en entreprise : rencontres professionnelles ; stages non rémunérés d’un maximum de quatre semaines en entreprise ;

  • Contact professionnel : journée découverte — carrière ; mentorat express ; atelier « Communiquer avec les employeurs » ;

  • Réseautage sectoriel : Formation sur le réseautage d’affaires et le processus d’entrevue ; conférence sectorielle ; séance d’entrevues éclair ; réseautage main-d’œuvre et diversité.

 

Les secteurs d’activité du programme Interconnexion avec des profils en gestion de projet sont la construction, l’environnement et le manufacturier, la technologie de l’information (TI) et le transport.

Pour plus d’information ou pour faire votre inscription au programme, veuillez visiter le site web du programme.

 

3. ENTREPRISES D'ENTRAÎNEMENT

Ce sont des entreprises qui accueillent des travailleurs en formation à travers les approches axées sur la pratique (« learning by doing »). Les entreprises d'entraînement font les mêmes activités que les entreprises réelles qui sont dans un contexte de mondialisation (gestion financière internationale, stratégies de marketing adaptées à différentes cultures, gestion d’équipes multiculturelles, etc.) et œuvrent dans différents secteurs d’activité. Dans plusieurs de ces entreprises au Québec, il y a des postes d’agent de projet.

Les participants aux programmes offerts par les entreprises d'entraînement ont la possibilité de mettre à jour leurs connaissances techniques (informatique, linguistiques, vocabulaire professionnel, etc.), avoir une expérience de travail locale, perfectionner des attitudes et compétences professionnelles (gestion du temps, gestion de priorités, travail en équipe, etc.) et avoir un soutien à la recherche d’emploi (des bilans de compétences jusqu’à la préparation des entrevues).

Le Réseau canadien des entreprises d'entraînement offre un répertoire des entreprises membres dans chaque province. Veuillez consulter leur site web pour connaître la vingtaine de compagnies du Québec qui participent à ce programme.

La durée maximale de la participation non rémunérée est de 15 semaines, mais vous pouvez recevoir vos prestations d’assurance-emploi ou d’aide sociale, et, selon le cas, vous pourrez obtenir un soutien financier supplémentaire.

Pour avoir plus d’information et connaître les conditions d’admissibilité, consultez le site web du programme.

 

RÉFÉRENCES DE CETTE SECTION

Bourel, Fanny (2017, 25 mai). Un projet-pilote pour faciliter l’intégration professionnelle des immigrants, sur le site Immigrant Québec. Consulté le 4 avr. 2018.

https://immigrantquebec.com/fr/consulter/actualites/projet-integration-travail-formation

 

Interconnexion (sans date), sur le site Travail immigrants. Consulté le 4 avr. 2018.

https://www.travailimmigrants.com/ressources/chambre-de-commerce-du-montreal-metropolitain-ccmm/interconnexion

 

Le Projet Intégration-Travail-Formation : Pour un parcours simplifié d’intégration professionnelle des travailleurs immigrants à Montréal (2017, 25 mai), sur le site Newswire. Consulté le 4 avr. 2018.

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/le-projet-integration-travail-formation--pour-un-parcours-simplifie-dintegration-professionnelle-des-travailleurs-immigrants-a-montreal-624345123.html