ENAccueilProgrammeContenu des ConférencesComité organisateurAPP MobileCommanditaires & ExposantPresse et RappelCONTACTDevenir commanditaireS'inscrirePMI Montreal
X
08:30
Louis-Roquet.jpg
conference time08:30
Conférence d'ouverture 100- Cours de méthodologie pour les projets complexes : deux exemples intéressants
en français
En matière de gestion des projets complexes, ces dernières années n’ont pas été très reluisantes. On se souvient peut-être du projet raté de Loto-Québec et du Cirque du Soleil dans le Sud-Ouest de Montréal. Puis, le projet du port pétrolier de Cacouna, mieux connu sous le vocable de « la Saga des bélugas ». Sans oublier les cônes orange à Montréal, les pipelines et j’en passe[en savoir plus]
Louis Roquet

Description

En matière de gestion des projets complexes, ces dernières années n’ont pas été très reluisantes. On se souvient peut-être du projet raté de Loto-Québec et du Cirque du Soleil dans le Sud-Ouest de Montréal. Puis, le projet du port pétrolier de Cacouna, mieux connu sous le vocable de « la Saga des bélugas ». Sans oublier les cônes orange à Montréal, les pipelines et j’en passe. C’est à se demander si, malgré le développement d’outils de plus en plus performants pour appuyer la gestion de projet, nous sommes encore capables de mener à bien des projets complexes qui devraient ou pourraient se réaliser, dans d’autres circonstances. Le problème est peut-être que nous utilisons, pour des projets complexes, avec impacts multiples, des approches ou des méthodologies qui s’appliquent avec succès à des projets relativement simples.



L’approche classique, en planification corporative, est une approche top-down. Essentiellement, c’est un exercice d’expertise : expertise technique, financière, de marché. On identifie un objectif, on choisit des experts qui développent un projet, on évalue son impact sur l’entreprise et sur l’environnement, on soumet le projet au Conseil et on met en œuvre. S’il s’agit d’un projet simple, avec peu d’impact externe, ça va. Mais s’il y a des impacts importants, ou nombreux ? Si les intervenants, ou les parties prenantes, sont nombreux ? Si leurs intérêts sont différents, parfois contradictoires ?



À partir de deux exemples fort différents, un projet de revitalisation urbaine et le projet de réconciliation après l’apartheid en Afrique du Sud, je souhaite proposer une façon différente de penser et de planifier des projets complexes. Dans un monde où les réseaux sociaux sont de plus en plus efficaces et influents, dans lesquels la société civile exige de plus en plus d’être entendue, une stratégie repensée est nécessaire. Sinon, on devra s’habituer à l’immobilisme, à la confrontation, à la répression.

 

Biographie

Tout au long de sa carrière, Louis Roquet a occupé différents postes au sein de la haute fonction publique. Il a été président-directeur général de la Société des alcools du Québec (SAQ), président-directeur général d’Investissement Québec, secrétaire général de la Ville de Montréal et directeur général de la Communauté urbaine de Montréal. En octobre 2004, il s’est joint au Mouvement Desjardins à titre de président et chef de l’exploitation de Desjardins Capital de risque, poste qu’il a occupé jusqu’en octobre 2009. Il a également été CEO de Cevital, multinationale algérienne de 2012 à 2014.



En plus de maîtriser cinq langues, M. Roquet détient un doctorat en administration des affaires de l’Université Harvard et un MBA, option finance et administration internationale de l’école des HEC de Montréal.



M. Roquet est président du conseil d’administration des Mosaïcultures internationales de Montréal et vice-président du conseil d’administration de l’Université de Montréal. Il siège aussi sur les conseils d’administration du Groupe Birks Inc., de la Société Canadienne du cancer et de la Fondation Centraide.

M. Roquet est récipiendaire du Grand Prix Équinoxe Hommage 2007 remis par la Société québécoise des professionnels en relations publiques pour le travail exceptionnel en communication d’un dirigeant d’entreprise et a été nommé MBA de l’année en 2004 par l’Association des MBA du Québec.

Annemarie-lesage.jpeg
conference time9:45
Conférence 101 - UX, Agile, collaboration : une formule gagnante en développement de projet complexesee more

Description

L’expérience utilisateur (UX) est devenue un facteur incontournable du succès des produits et des services. On ne peut plus ignorer aujourd’hui l’importance de mettre en place des méthodes et des outils permettant d’intégrer les usagers tôt dans le cycle de développement, et de valider très tôt la pertinence et la qualité des solutions envisagées.  Est-ce que l’UX peut être intégrée dans un projet Agile? Oui, certainement!

 

Biographie

Annemarie Lesage, Ph.D.

Directrice UX recherche et design chez Yu Centrik

Annemarie Lesage est directrice de l’expérience utilisateur (recherche et design) au sein de l’agence UX, Yu Centrik. Elle dirige l’équipe d’analystes, de stratégistes et de designers UX, en intégrant les principes de conception collaborative et de co-création à notre processus d’idéation et d’innovation.

Elle est détentrice d’une Maîtrise en arts graphiques et un Doctorat de l’École de Design de l’Université de Montréal. Elle a concentré ses recherches sur la dimension émotionnelle de l’expérience utilisateur.  Annemarie a plus de 20 ans d’expérience en design de produits et de services. Elle a débuté sa carrière en 2000, faisant partie du XMod, le groupe de modélisation d’expériences utilisateurs chez Sapient (XMod), à New York.

Depuis 2003, elle a enseigné divers cours à l’Université Laval (recherche utilisateur et conception co-enseignement en 2005), à Concordia, à l’UQAM et à l’Université de Montréal. Elle co-enseigne à l’Université de Montréal un cours sur la recherche utilisateur et le design d’expériences tangibles et intangibles.

Annemarie est très impliquée dans l’enseignement du programme de certification UX-PM développé en collaboration avec UX alliance, un réseau mondial d’experts en expérience utilisateur. 

 

Gaétan Racine, Ing.

Directeur des projets spéciaux chez Stelvio

Gaétan Racine est directeur des projets spéciaux chez Stelvio. Il dirige différents projets reliées aux plateformes des produits de Stelvio.

Il est détenteur d’un Baccalauréat en génie électrique de l’Université de Sherbrooke et a plus de 30 ans d’expérience dans le domaine de l’informatique.

Gaétan a débuté sa carrière en 1985 en oeuvrant dans une PME développant des solutions de traitement d’images sur PC à l’aide de matériel permettant la saisie et le traitement des images numériques.

En 1991, Gaétan a participé à la création de Stelvio qui oeuvre dans le domaine des solutions d’affaires. Au fils des ans, il a participé à la création des solutions informatiques complexes. Il est devenu Gestionnaire de projets puis Directeur. 

Il a géré plusieurs projets d’intégration d’envergure avec des entreprises dans le domaine de la finance en Amérique du nord et en Australie. Il a introduit la méthodologie Agile au sein des équipes chez Stelvio en 2010 et s’intéresse à l’approche UX depuis 2012.

hobbs.jpg
conference time9:45
Conférence 102 - Les approches agiles dans les grands projets et les grandes organisationssee more

DESCRIPTION

Cette conférence présentera les résultats d’une recherche réalisée dans le cadre du Sponsored Research Program du PMI. Un sondage a été réalisé dans le cadre de ce programme dont les résultats seront présentés au Symposium. Afin d’enrichir la présentation, nous vous invitons à compléter le même sondage. Les résultats seront présentés au Symposium.

Répondez au sondage SVP si :

·         Vous travaillez dans une organisation avec plus de 2000 employés

·         Qui emploie des méthodes agiles dans des projets logiciels avec trois équipes de développement ou plus.

https://fr.surveymonkey.com/r/XWLBZLH

L’utilisation des approches agiles est de plus en plus répandue pour les projets de développement logiciel, mais on les retrouve principalement dans les projets correspondants au “agile sweet spot”, i.e. composés d’équipes colocalisées travaillant sur de petits projets non critiques, pour des projets internes ayant des règles de gouvernance assez simples. Bien que ces approches commencent à être aussi utilisées sur des projets de plus grande envergure, leur utilisation dans ces contextes est encore assez mal documentée.

Yvan Petit et Brian Hobbs ont reçu un financement dans le cadre du «  PMI’s Sponsored Research Program » afin de mieux comprendre l’adoption et l’adaptation des approches dans les grands projets et les grandes organisations. Cette étude empirique est basée sur des  études de cas ainsi que sur un sondage en ligne qui a permis de valider les résultats de l’étude qualitative. Le projet de recherche est maintenant complété et les résultats complets seront publiés sous forme de monographie par le PMI, au premier trimestre 2017, par leur biais du site http://www.pmi.org/learning/academic-research/sponsored/published. Un article sera aussi publié, en 2017, dans le Project Management Journal.

La conférence présentera les résultats principaux selon quatre thèmes: 1) les motifs et la stratégie de mise en place des approches agiles, 2) l’impact de la mise en place d’agile sur les rôles dans l’organisation, 3) l’impact de la mise en place d’agile sur le démarrage des projets et  4) l’organisation des projets.

Les résultats semblent indiquer une certaine uniformité entre les organisations pour plusieurs des observations (ex. l’utilisation de la méthodologie Scrum et de coaches agiles) mais qu’il existe tout de même une grande variabilité pour certains des résultats.

Biographies

Dr Brian Hobbs PMP est professeur au Programme de maîtrise en gestion de projet de l’ESG-UQAM depuis plus de trente ans, programme qui est accrédité par le Global Accreditation Center de PMI. En 2007, il a fondé la Chaire de gestion de projet de l’ESG-UQAM et a été le titulaire jusqu’en 2015. Il a fait des mandats aux comités conseillers sur les référentiels et sur la recherche du PMI. Il est membre du Bureau des gouverneurs de PMI-Montréal. En 2012, il a reçu de PMI le Research Achievement Award pour l’ensemble de sa recherche et avec sa collègue Monique Aubry a reçu le Research Award de l’International Project Management Association pour leurs travaux sur les bureaux de projet. En 2013, il a reçu le Prix de la recherche – carrière de l’ESG-UQAM. En 2015, il est devenu Fellow du PMI.

Yvan Petit est titulaire d’un baccalauréat en génie physique, d’une maîtrise en génie électrique de l’École Polytechnique de Montréal, d’un MBA de l’INSEAD (Fontainebleau, France) et d’un doctorat en administration de l’ESG UQAM. Ses intérêts de recherche portent sur la gestion de portefeuilles de projets, la gestion de l'incertitude dans les projets et l'utilisation des méthodes agiles au niveau organisationnel. Il est professeur à l'UQAM depuis 2010 et directeur des programmes de deuxième cycle en gestion de projet depuis 2014.

Il est membre de l’Ordre des Ingénieurs du Québec depuis 1981, certifié Project Management Professional (PMP) depuis 2001 et Portfolio Management Professional (PfMP) depuis 2014. Il apporte plus de 25 ans d’expérience comme gestionnaire de projets dans le domaine des télécommunications et du développement de logiciel incluant la gestion de projets R&D multinationaux de grandes ampleurs.

Dr Petit a participé à la mise à jour du "Standard for Portfolio Management (PMI) (Version 3) et il fait partie, depuis 2014, du Standards Member Advisory Group (MAG) ; le comité aviseur pour le développement des standards en gestion de projet du PMI. Il a aussi fait partie de la délégation canadienne pour ISO/TC258 pour la normalisation en gestion de portefeuille de projet.

 
Sylvie-Charles-Camso.jpeg
conference time9:45
Conférence 103 - How to achieve success in the fast lanesee more

Description

Plusieurs défis sont rencontrés en gestion de projets. L’allocation des ressources dans l’ensemble du portefeuille de projets, la définition des objectifs et des facteurs de succès, le contrôle du budget et de l’échéancier sont quelques exemples de défis. La présentation montre les techniques et outils utilisés chez Camso qui permettent d’optimiser les facteurs de succès des projets de la phase d’initiation jusqu’à la phase de fermeture.

Biographie

Sylvie Charles occupe, depuis 2013, un poste de chef de projet chez Camso.  Son travail est axé sur la gestion de projets lors de  l’introduction de nouveaux produits dans l’unité d’affaire agriculture. Elle a débuté sa carrière chez IBM Canada en 1987, où elle a œuvréà titre d’ingénieure de procédés puis comme gestionnaire de programmes . Elle a contribué au développement de procédés manufacturiers pour la mise sous boitier de semi-conducteurs et à l’introduction de plusieurs produits microélectroniques haut de gamme pour les serveurs.

Elle détient un baccalauréat en génie chimique de l’École Polytechnique de Montréal , une maîtrise en génie mécanique et un diplôme d’administration de l’Université de Sherbrooke. Elle est membre accrédité du Project Management Institute et certifié PMP (Project Management Professional).

Manon_5338_coul.jpg
conference time9:45
Atelier 104 - Gérer la capacité de l’organisation à réaliser ses ambitionssee more

Description

Avez-vous déjà eu l’impression que votre organisation avait de super projets, tous aussi intéressants les uns que les autres, mais que vous n’arriviez pas à comprendre comment elle pourrait réaliser tout ça en même temps?

Lorsque les changements se multiplient et que les exigences des opérations quotidiennes demeurent tout aussi élevées, dégager la capacité pour réaliser et implanter ses projets représente un enjeu majeur pour les gestionnaires. Avez-vous l’impression que ça déborde de partout? Que chaque changement en soi fait du sens mais qu’en les additionnant, ça n’en fait plus? Que tout le monde est conscient que ça déborde de partout mais qu’on arrive pas à en faire la démonstration, donc on continue à retenir son souffle?... on presse le citron!

Au-delà des perceptions, il faut clairement identifier et nommer les enjeux de capacité afin de pouvoir les adresser et s’assurer que l’organisation peut réaliser ce qu’elle entreprend.  Une surcharge dans l’organisation met à risque tous ses projets. Vaut mieux miser sur les bons et les compléter avec succès sans dépassement de coût souvent dus à des enjeux de capacité non gérés. Une charge réaliste permettra le maintien des opérations et la réalisation des bénéfices attendus de chaque projet.

La première partie de l’atelier servira à établir ce qu’on entend par gérer la capacité et les conséquences de ne pas le faire. Vous aurez ensuite l’occasion de bâtir un argumentaire pour défendre le besoin de gérer la capacité auprès de la Direction pour la réussite de vos projets. Cela se fera en expérimentant différents outils à travers une série d’exercices.

Venez découvrir des outils simples mais très efficaces pour vous aider à  réussir vos projets sans épuiser vos gens.

Biographie

Manon Champagne, présidente et cofondatrice, A+ Transition inc.

Manon Champagne est présidente et cofondatrice de Aplustransition, une entreprise qui accompagne depuis 2006 les organisations dans leurs transformations d’affaires afin qu’ils réussissent leurs transformations d'affaires avec plus d'agilité, moins de chaos, des employés mobilisés et des résultats durables. Elle a co-développé le modèle de changement DO-IT, une série d’ateliers ainsi que de nombreux outils sur la gestion du changement et des transformations. En plus de son rôle de gestion de l’entreprise, elle agit également à titre de conseillère stratégique, conférencière et formatrice. Madame Champagne est reconnue pour son dynamisme, son engagement, son leadership et sa capacité d’accompagner tous les membres d’une organisation dans le changement. Elle détient un maître en administration des affaires (MBA) de Monash Mount Eliza Business School en Australie ainsi qu’une licence de l’Institut d’Administration et de Gestion (IAG) de l’Université Catholique de Louvain en Belgique.

Pierre-Majorique-Leger.jpg
conference time11:15
Conférence 201 - Les neurosciences pour décoder l'expérience utilisateur : Le Tech3Lab de HEC Montréalsee more

Description

Pour comprendre l'expérience réellement vécue par les utilisateurs durant l'interaction avec des produits et services numériques, les chercheurs du Tech3Lab de HEC Montréal utilisent les dernières avancées dans le domaine des neurosciences.

Biographie

Professeur Pierre-Majorique Léger est un chercheur, inventeur et entrepreneur. Ses recherches visent à améliorer l’expérience utilisateur (UX) vécue lors de l’apprentissage ou de l’utilisation d’une technologie d’information (TI), et ce, en mobilisant les données biophysiologiques massives générées lors de l’interaction et permettant de qualifier l’émotion et la cognition de l’utilisateur. Il est professeur à HEC Montréal en TI, mais également professeur invité à la prestigieuse Tuck School of Business du Dartmouth College et au Henry B. Tippie School of Management de la University of Iowa. Il est l’auteur d’une cinquantaine d’articles scientifiques arbitrés, d’une dizaine de déclarations d’invention et le fondateur de plusieurs startups.

JACQUES-DESBIENS.jpg
conference time11:15
Conférence 202 - La gestion des parties prenantes dans les projets municipaux see more

Description

Tout projet organisationnel doit faire l’objet d’une démarche qui consiste à le sélectionner, le planifier, l’exécuter, en faire le suivi et le clôturer dans des conditions assurant son succès. Il est toutefois intrigant de constater que bon nombre de projets publics échappent encore à cette démarche rigoureuse. La recherche et l’expérience professionnelle soulignent que les projets du secteur public possèdent des caractéristiques différentes de celle des projets privés, ce qui les rend encore plus difficiles à terminer avec un niveau de succès élevé. Nous verrons que les projets publics municipaux sont vraiment de nature particulièrement complexe. Puis, nous regarderons les enseignements que l’on peut tirer de l’examen d’un certain nombre de projets municipaux pour saisir l’importance des interrelations entre les principales parties prenantes que sont les élus, les gestionnaires, les citoyens et les fournisseurs de biens et services dans les projets publics municipaux. Nous en conclurons que le degré de succès d’un projet se mesure d’abord par l’atteinte des objectifs du projet ainsi que par le respect de l’échéancier prévu et le respect du budget alloué. Mais, dans le cas des projets publics municipaux, la variable la plus importante demeure le niveau de satisfaction des parties prenantes au projet. Il s’agit d’abord, bien sûr, des citoyens à qui les résultats du projet sont destinés. Mais tous les autres intervenants, à tous les niveaux, doivent aussi y trouver leur bonheur.

Biographie

Jacques Desbiens est ingénieur, économiste et docteur en administration. Son expérience professionnelle a d'abord été acquise pendant neuf ans, soit de 1968 à 1977, dans des entreprises privées de conseil en gestion et de consultation en informatique où il a agi comme conseiller auprès de différents organismes publics et parapublics.

De 1977 à 2009, il a été professeur et chercheur au département des Sciences économiques et administratives de l'Université du Québec à Chicoutimi où il fut le responsable local de l’extension du programme doctoral en Sciences de gestion de l’I.A.E. d’Aix-en-Provence.

Il fut aussi directeur des programmes en gestion de projets pour l’UQAC, de 2000 à 2004, et, pour l’ensemble du réseau de l’UQ, de 2004 à 2008. Il a également été responsable académique du programme de maîtrise en gestion de projet offert par l’UQAC en Chine en partenariat avec trois universités chinoises de janvier 2002 à décembre 2013. Depuis le 1er janvier 2014, il agit comme chargé de cours dans ce programme. Il a aussi enseigné, une dizaine d’années, comme chargé de cours à l’Université Laval. Il est chargé de cours à l’ÉNAP depuis 1980. Il a aussi agi et continue d’agir, comme professeur invité ou chargé de cours, dans diverses universités dans le monde. Il intervient, de plus, fréquemment comme conseiller ou formateur pour divers organismes privés ou publics.

Jane-Holden-Head-Shot.jpg
conference time11:15
Conférence 203 - Canada Health Infoway: How We Won PMI’s “PMO of the Year” Awardsee more

Description

Inforoute Santé du Canada est un organisme sans but lucratif indépendant bénéficiant de 2,1 milliards $ de financement de la part du Gouvernement du Canada. Inforoute travaille en partenariat avec le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux afin d’améliorer la santé des Canadiens en transformant le système de santé du Canada à l’aide de solutions de santé numériques. Ce mandat est une des plus grandes initiatives numériques au Canada. Inforoute investit conjointement avec ses partenaires provinciaux et territoriaux afin d’accélérer le développement, l’adoption et l’usage efficace des solutions de santé numériques dans le pays. Ces solutions améliorent l’accès, la qualité et la productivité tant pour les patients que pour les cliniciens, établissant une structure de base permettant aux Canadiens d’être en meilleure santé et créant un système de santé plus durable.

En 2013, le Bureau de gestion de portefeuilles (BGP) d’Inforoute est devenu le premier organisme en dehors des États-Unis et financé publiquement à gagner le prix « PMO of the Year » (BGP de l’année). Cette présentation expliquera comment le BGP d’Inforoute a contribué directement au succès de l’organisme. On y détaillera comment Inforoute a créé un BGP considéré le « meilleur dans sa catégorie » en se concentrant sur de nombreux différentiateurs clés. La structure de travail du BGP d’Inforoute est à souligner, car elle assure la prise de responsabilité et la transparence nécessaires pour atteindre d’excellents taux de réussite pour des projets réellement transformatifs, en plus de subir plus de 30 vérifications et évaluations indépendantes de l’usage qu’a fait Inforoute des fonds des contribuables, processus essentiels pour le soutien continu du gouvernement fédéral. La présentation offrira aussi des conseils pour d’autres organismes qui souhaitent être titré « PMO of the Year ».

Biographie

Jane Holden est la Directrice exécutive, Imputabilité de la société à Inforoute -Santé du Canada. Holden est une gestionnaire de projet et de finances de haut cadre avec plus de 20 ans d’expérience à mener des équipes multidisciplinaires dans la réussite d’initiatives d’affaires complexes ainsi qu’en technologies de l’information. Elle se spécialise dans la conception et l’implantation de bureaux de gestion de projet, de programmes et de portefeuilles, ce qui lui a valu plusieurs prix nationaux et internationaux. Depuis ses 13 ans à Inforoute, Holden a tenu un nombre de postes de haut cadre, incluant la mise en place et le leadership d’une division incluant le BGP, la solution Gestion du portefeuille de projet à l’échelle de l’entreprise, le Metrics & Reporting Group and l’équipe de programmes d’investissements. Ces unités fonctionnelles ont géré, surveillé et reporté sur des portefeuilles d’investissements comprenant plus de 400 projets avec une valeur de 2,1 milliards $. Holden se rapportait au chef des opérations d’Inforoute tout en travaillant en étroite collaboration avec lui. Elle est aussi responsable d’un nombre de questions stratégiques, tels que les évaluations indépendantes et des vérifications de la performance d’Inforoute selon ses ententes de financement avec le gouvernement fédéral.

MHN2017-1011-2.jpg
conference time13:30
Conférence 301 - Amplifier Montréal: La mise en action de constellations de partenaires pour favoriser l'impactsee more

Description

Amplify Montréal souhaite transformer Montréal en ville plus novatrice, inclusive et résiliente. Le projet cherche à développer des initiatives transformatives émergentes ou existantes, faciliter les collaborations entre les instances de la ville (économiques, sociales, culturelles, etc.), et offrir à ceux qui en ont besoin une tribune pour s’exprimer. On souhaite, avant tout, que les Montréalais et Montréalaises soient fiers et fières de la ville qu’ils aident à créer au jour le jour.

Biographie

Lyndsay Daudier cherche à rendre les villes à échelle plus humaine à travers l'inclusion. Avec un parcours en aménagement urbain, droit et gestion de projet, elle est l'élément central dans la création de partenariats innovants à travers Amplifier Montréal, un mouvement propulsé par la Maison de l'innovation sociale. Elle vise à rassembler les entrepreneurs, les citoyens, les académiciens, les experts en technologie et les investisseurs à travers la province du Québec avec l'objectif de maximiser les impacts collectifs des initiatives de développement durable et équitable.

1505_GBLUM_046NB-(1).jpeg
conference time13:30
Conférence 302 - Gérer l’innovation par le designsee more

Description

Le design est très souvent mal compris tant par le grand public que par beaucoup de professionnels. Discipline jeune, elle est la plupart du temps reléguée à une approche tantôt esthétique, tantôt fonctionnelle. Aussi, le designer lorsqu'il intervient apparait souvent tardivement dans le cycle de développement des produits ou services. Pourtant, le design relève plus d'une approche, d'une méthode d'interrogation du réel et d'action sur lui, visant la création, l'innovation. Le tout, dans un contexte organisationnel, économique, technologique et social donné.

Autant dire que parler de design lorsque l'on s'intéresse à l'innovation est tout à fait à propos. On peut même aller au-delà, en y voyant une approche permettant de résoudre nombre de problèmes auxquels sont confrontées les organisations lorsqu'elles cherchent à innover.

En effet, depuis une trentaine d’années, même si le discours sur l’innovation trouve une place de plus en plus importante dans les organisations comme dans la communauté académique (recherche et enseignement), l'innovation est souvent plus présente dans le discours que dans les faits. 

Nous proposerons à travers la présentation les principaux points de blocage reliés à l'innovation, et l'approche par le design comme possibilité de contournement de ces obstacles comme une approche de gestion renouvelée.

 

Biographie

Professeur à l'École de design de l'Université Laval, Guillaume Blum est spécialiste en gestion des connaissances et innovation par le design. Il s'intéresse aux nouvelles pratiques de gestion et leurs conséquences sur le développement des produits et des services, ainsi que sur les individus. Il explore les transformations organisationnelles découlant des changements économiques et sociétaux.

Guillaume Blum est titulaire d'un master en génie (France) et d'un doctorat en administration (Montréal). Il est également chercheur au sein de trois groupes de recherche: le CIRST (1), le LabCMO (2), le LARAC (3).

(1) CIRST - centre interuniversitaire de recherche sur les sciences et les technologies

(2) LabCMO - laboratoire de communication médiatisé par ordinateur 

(3) LARAC - laboratoire de recherche-action sur les communs

MHLachapelle_2017.jpg
conference time13:30
Conférence 303 - Impact de l’agilité sur le bureau de projet de la DGTT à Revenu Québecsee more

Description

Depuis quelques années, Revenu Québec a entrepris une transformation majeure au niveau de ses ressources informationnelles, particulièrement en procédant à l'implantation de la méthodologie agile. Ce type de changement des méthodes de travail a représenté de nombreux changements au bureau de projet de la DGTT. La conférence "Impact de l’agilité sur le bureau de projet de la DGTT à Revenu Québec" vous plongera dans le déroulement de cette transformation : son origine, la stratégie privilégiée, ainsi que la réalité vécue sur le terrain.  

Biographie

Madame Marie-Hélène Lachapelle, ing. PMP, MGP, directrice du bureau de projets à la DGTT de l'Agence du revenu du Québec. Gestionnaire et spécialiste en gestion de projets, madame Marie-Hélène Lachapelle cumule plus de 28 années d'expérience dans les domaines privé et public. Détentrice d'une maîtrise en gestion de projet et ingénieure de formation, elle a œuvré dans différents domaines tels que la gestion de projet, gestion de portefeuille de projets, les acquisitions ainsi que dans la gestion des ressources humaines.



Au cours des dernières années, elle a acquis une solide expérience en adaptant les notions de l’approche agile à un bureau de projets (gestion de portefeuille de projets, cadre de gestion de projet, risques, estimation, formations, tableaux de bord,…).



À titre de conseillère, elle fut appelée à faire des évaluations du degré de maturité en matière de gestion de projets pour différentes entreprises, à implanter des bureaux de management de projet et à adapter des méthodologies d'outils de gestion et de collaboration.



Elle a été vice-présidente de la compagnie gp3 – Groupe conseil qu’elle a cofondée en novembre 2002. Elle s'est acquittée des tâches de gestion en plus de réaliser avec succès plusieurs mandats auprès d'organismes publics.



Elle est présentement directrice du bureau de projets à la DGTT de l'Agence du revenu du Québec.

 

Carl_M_Gilbert.jpeg
conference time13:30
Atelier 304 - L’importance du Sprint 0 en gestion de projet agilesee more

Description

La gestion de projet agile est très à la mode depuis les 10 dernières années, mais bien des gens comprennent mal le démarrage des projets agiles. À l’aide d’une étude de cas, Monsieur Gilbert présentera les 3 artefacts cruciaux à produire lors du Sprint 0 (Sprint zéro) en utilisant l’approche SCRUM: la vision du produit, le backlog du produit et le plan de livraison. Cet atelier comprendra quelques exercices pratiques en plénière et en équipe.

Biographie

Carl M. Gilbert, ing. MGP PMP ACP RMP PfMP OPM3 est titulaire d’encadrement pour les cours de gestion de projets chez Technologia. Il possède plus de vingt-deux années d'expérience en gestion de projets notamment dans le domaine des TI et de la construction, à titre de consultant, directeur de projets et formateur. Depuis 1995, il se spécialise dans les conseils stratégiques dans le cadre de la gestion de projets et de portefeuilles, incluant la mise en place de bureaux de projets (PMO), l’évaluation de la maturité organisationnelle, ainsi que le développement de compétences en gestion de projets.

 

Il a siégé sur le conseil d'administration du Chapitre de Montréal du Project Management Institute de 1996 à 2005 et de 2011 à 2012, où il a été président en 2005, ainsi que vice-président exécutif de 2002 à 2004 et de 2011 à 2012. Il est aussi Directeur des Programmes Certification et formation depuis 1999.

FRANCOIS-MOREL.jpg
conference time15:00
Conférence 401 - Mise en lumière du Pont Jacques-Cartier : Un projet d’envergure réunissant le génie de divers horizonssee more

Description

Figure emblématique de Montréal, le pont Jacques-Cartier est une icône urbaine au caractère historique et architectural unique. L’une des plus grandes réalisations techniques du 20e siècle, il sera au cœur des festivités du 375e anniversaire de Montréal et du 150e anniversaire du Canada grâce à sa mise en lumière. Ce projet multidisciplinaire et innovant unique prévoit une illumination dynamique influencée par les saisons et l’effervescence des citoyens. Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI) est fière de mettre son expertise en génie civil et en gestion de projets majeurs à profit pour piloter ce projet rassembleur qui fera sans contredit rayonner le savoir-faire québécois. Imaginé et conçu par Moment Factory et six studios de multimédia et d’éclairage montréalais, le projet réunit des défis d’envergure ! Découvrez comment le génie de divers horizons dotera Montréal d’un repère visuel signature.
 

Biographie

Pascal Villeneuve, ing. Directeur de projets Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI) Diplômé de l’ETS en génie de la construction, M. Villeneuve possède 15 ans d’expérience dans les domaines de l’ingénierie et de la gestion de projet. Pendant plus de 8 ans, à titre de chargé de projet, il a géré des contrats de génie civil et de voirie pour un entrepreneur général. Il s’est joint à l’équipe de PJCCI en 2010, à titre de directeur du service Construction, et occupe depuis 3 ans, le poste de Directeur de projets. Il est notamment responsable du projet de remplacement du tablier du pont Honoré-Mercier et du projet de mise en lumière du pont Jacques-Cartier.

Producteur, François Morel est architecte de formation. Responsable de certains de nos projets les plus complexes, il agit comme contact principal avec les clients et supervise les équipes assignées à ses projets. François a le don de faire d'une idée un projet et d'un projet une réalité. Ses trente années d'expériences, notamment en architecture, en construction et en informatique, lui permettent de gérer les projets les plus complexes avec une aisance rassurante. Sa contribution fut essentielle à la création de notre installation multimédia acclamée à l'aéroport de Los Angeles (LAX), en 2013.

Marie-Josee-Legault.JPG
conference time15:00
Conférence 402 - La gestion RH, cette mal aimée des projets....see more

Description

Pourquoi se préoccuper des environnements gérés par projet quand on fait de la recherche en relations de travail?

- L’importance croissante de l’économie du savoir

- La gestion de projet pour produire un résultat sur mesure



La gestion des ressources humaines est la principale composante des emplois du savoir. Pourtant, telle qu’enseignée, elle est mal adaptée, mal vue et mal venue en contexte de projet…

Pourquoi se méfie-t-on de la GRH en contexte de projet?

- Les projets sont contraints par le triangle de fer - La gestion d’un projet est investie d’une mission impossible : donner à l’équipe du contrôle sur l’incertitude!

À quoi ressemble la gestion des ressources humaines enseignée et pratiquée?

-Appropriée à l’entreprise dominante au 20e siècle, divisée en « fonctions » exercées séparément; - Appropriée à un mode d’organisation du travail en conséquence : division du travail bureaucratique, maind’œuvre stable;

- Des modes moins appropriés au contexte de projet 

Le 21e siècle : d’importants défis de gestion des ressources humaines en contexte de projet : - L’importance stratégique de la main-d’œuvre

- Le projet est temporaire

- Les carrières sont nomades et en spirale

- La gestion du savoir devient par conséquent un enjeu important

- Les équipes sont multidisciplinaires

- Les équipes sont parfois virtuelles

- Les équipes sont parfois nombreuses

- Le client (ou son mandataire) est omniprésent

- Le projet doit faire coexister autonomie et contrôle

Les défis en matière de gestion des ressources humaines sont par conséquent nombreux mais… la responsabilité est décentralisée : les gestionnaires de projet en sont les principaux acteurs!

- Recruter, embaucher, conserver, licencier : la flexibilité de l’emploi

- Évaluer, féliciter, reconnaître, sanctionner

- Gérer des équipes : maintenir un climat et gérer des conflits

- Gérer le savoir et le développement professionnel

- Apprendre constamment : l’importance de l’analyse post-mortem à la fin d’un projet

- Beaucoup de gestion des ressources humaines, mais pas au service des RH !

- L’importance de la dimension relationnelle en contexte de projet

- Pourtant, la dimension relationnelle de ces emplois est occultée (exemple de recherches)

- Un exemple d’estimation des compétences relationnelles dans le secteur des TI

- Les « soft skills », un enjeu sous-estimé dans les environnements gérés par projets

Biographies

Je suis diplômée de relations industrielles (maîtrise) et de sociologie (doctorat) et j’enseigne au premier cycle les relations de travail et les champs reliés de la gestion des ressources humaines et de la sociologie du travail; au deuxième cycle, j’enseigne la gestion des ressources humaines en contexte de projet. En matière de recherche, je me spécialise depuis 2000 dans l’étude des environnements de travail gérés par projets. J’ai étudié plus particulièrement le travail de conception de logiciels sur mesure (services technologiques aux entreprises) et de jeux vidéo : les conditions de travail, la régulation du travail, la gestion des conflits, l’enjeu du partage du savoir, la représentation des intérêts des travailleurs, la professionnalisation des gestionnaires de projet, la présence des femmes dans ces milieux et la gestion des ressources humaines en contexte de projet.

JFGuay_PMI-Photo.jpg
conference time15:00
Conférence 403 - PMO 3.0 – une étape essentielle de notre transformation au groupe réseau de Bellsee more

Description

Comment transformer notre réseau tout en enrichissant l’expérience client à moindre coûts ?

En adoptantune approche basée sur les principes et valeurs de l’agilité et du Lean.

Venez découvrir les défis que notre bureau de projet a rencontrés, comment il s'est redéfini et quel rôle il occupe à travers cette transformation Lean/Agile.

Biographie

Jean-François Guay, ing., M. Ing., PMP Gestionnaire principal, réseau SSE Bureau de projet & Gouvernance Bell



Gradué de l’Université Laval à Québec, Jean-François détient un Baccalauréat en génie électrique combiné avec une spécialisation en télécommunications ainsi qu’une maîtrise en gestion de l’ingénierie de l’Université de Sherbrooke.



Il détient également sa certification PMP, une certification Safe4.0 et une certification de « Change Management Practitioner » de PROSCI.



Il a plus de 25 ans d’expérience en télécommunications et systèmes d’informations entre autres chez Newbridge Networks (Alcatel), Bombardier, Bell Mobilité et Bell. Il a développé son expertise à travers différents rôles tels ingénieur de systèmes, architecte de réseaux de données ; directeur d’opération du réseau Bell Mobilité ARDIS ; directeur R&D et d’investissements ; directeur de planification & d’architecture et d’analystes d’affaires.



Il occupe actuellement le poste de gestionnaire principal bureau de projet et gouvernance au sein du groupe réseau de Bell dans le département des systèmes soutien à l’exploitation (SSE).



Il est membre de l’ordre des ingénieurs du Québec et du PMI.

16:15
Evan-Zelikovitz---Pic.jpg
conference time16:15
Conférence de fermeture 500 - Management of project benefits
en anglais
Mr. Zelikovitz abordera l’importance de développer et d’instaurer une culture et des processus qui permettent aux organismes d’harmoniser leurs projets avec leurs objectifs stratégiques grâce à un processus efficace de gestion de réalisation de bénéfices. [en savoir plus]
Evan Zelikovitz
PMI

DESCRIPTION

Mr. Zelikovitz abordera l’importance de développer et d’instaurer une culture et des processus qui permettent aux organismes d’harmoniser leurs projets avec leurs objectifs stratégiques grâce à un processus efficace de gestion de réalisation de bénéfices. On prendra comme exemple la présentation Thought Leadership Series – Creating Lasting Value : Benefits Realization Management de 2016 afin de souligner nombre d’enjeux clés incluant, entre autres :

  • Améliorer la conscience de bénéfices dans la suite-C et avec les gestionnaires de projet ;
  • Qui est responsable de l’identification, de la gestion et du soutien des bénéfices de projet – nommer un titulaire des bénéfices et établir la responsabilité ;
  • Comment mesurer les bénéfices (tangibles et intangibles) et comment les prioriser.

BIOGRAPHIE

Evan Zelikovitz est un Gestionnaire de relations gouvernementales et d’entreprises pour PMI au Canada. Zelikovitz travaille auprès du gouvernement et d’entreprises privées en les soutenant dans leurs pratiques et leurs capacités à gérer leurs projets, des programmes et leurs portefeuillesé Zelikovitz accompagne des organismes et leurs gestionnaires de projet, et les aide à mieux comprendre et reconnaître leur valeur de gestion de projet stratégique, ayant pour objectif d’aider ces organismes et des personnes morales à réussir leurs projets et en affaires.

Ces organismes font appel à Zelikovitz pour son expertise en gestion de projet, dont la gestion des compétences, les cadres délégués, la gestion de réalisation de bénéfices et la valeur d’opérer un BGP.

 

 

INSCRIVEZ-VOUS
Message