Blogue du PMI-Montréal

Leçons culturelles d’un humoriste controversé

Auteur : Conrado Morlan, PMP, PgMP

ECHOS DE LA GESTION DE PROJET : IDÉES ET OPINIONS DE GESTIONNAIRES DE PROJET

Permalien | Commentaires (0)

Lors d’une longue fin de semaine j’ai revu le film Borat. Bien que ce soit une comédie, je pense que nous pouvons tirer d'importantes leçons du concept derrière le film, soit l’exploration du comportement : comment les gestes d’une personne (qui constituent la norme dans son pays) peuvent être insultants pour la population d’un autre pays. Dans le film, Borat, un journaliste fictif du Kazakhstan, voyage à travers les États-Unis et les personnes qu’il rencontre sont considérablement mal à l’aise face à son comportement. Vous pourriez avoir vécu une situation similaire lorsque vous avez commencé à travailler sur un projet dans un environnement multiculturel.

 

Le film montrait plusieurs exemples de problèmes auxquels pourraient être confrontés les gestionnaires de projet dans un tel environnement. En étudiant ces exemples, j’ai pu identifier les deux principales causes d’embarras chez les membres d’une équipe chargée d’un projet :

 

Proxémie

 

C’est l’anthropologiste américain Edward T. Hall qui a créé ce terme pour désigner l’espace personnel. Au sein de chaque culture, l’étendue de l’espace personnel acceptable autour d’un individu dépend de règles subtiles. 

 

Dans le film, Borat fait une excellente démonstration de l’invasion de l’espace personnel. Dans les rues de New York, il salue les locaux par une poignée de main ainsi qu’une bise sur chaque joue, engendrant ainsi de nombreuses réactions négatives. Certains lui profèrent même des menaces! 

 

Les membres d’une équipe multiculturelle peuvent connaître des situations similaires, particulièrement au début d’un projet. Je me souviens de la première réunion dans le cadre d’un ancien projet. Celle-ci avait lieu en Argentine et les membres de l'équipe provenaient d'Argentine, d'Uruguay et des États-Unis. L’hôte argentin a salué les autres personnes avec une poignée de main et un baiser sur la joue. Il a commencé par les Uruguayens, lesquels ont une façon similaire de se dire bonjour. Lorsqu’il s’est approché du premier Américain, ce dernier a reculé d’un pas, tendu sa main devant lui, aussi loin qu’il le pouvait, en disant ce qui suit : « Une poignée de main me suffit! » En de telles situations, mieux vaut prévenir les membres de votre équipe des éventuelles différences culturelles auxquelles ils seront confrontés et leur intimer de faire preuve de franchise tout en respectant les valeurs de leurs interlocuteurs.

 

Stéréotypes

 

D’après mon expérience, les stéréotypes sont la principale source de conflits dans un environnement multiculturel. Dans le film, Borat assiste à un rodéo habillé en cowboy et rencontre le propriétaire du lieu. Étant donné que Borat a une moustache imposante, le propriétaire en déduit directement qu’il vient du Moyen-Orient. Il lui conseille alors de se raser la moustache afin de « faire plus Italien », ce qui l’aidera à se fondre dans la masse.

 

Lorsqu’ils ne sont pas maitrisés de manière adéquate, les stéréotypes peuvent devenir une barrière et influer négativement sur un projet. Récemment, j’ai participé à un projet qui comprenait certaines opérations en Amérique du Sud. L’un de mes collègues européens parlait constamment de la non-ponctualité dont font preuve, selon lui, les Américains du Sud. Il recommandait donc un contrôle des plus stricts quant aux opérations afin d’éviter tout retard dans l’emploi du temps. Je me suis entretenu en privé avec lui pour comprendre quelle était la source de son inquiétude. J’ai découvert qu’il n'avait en fait jamais collaboré avec une équipe d’Amérique du Sud et que son opinion était simplement fondée sur des stéréotypes. Je lui ai demandé de laisser à chacun des membres une chance de faire ses preuves avant d’entreprendre toute mesure de contrôle. Ses inquiétudes se sont finalement révélées infondées — les membres de l’équipe ont fourni le travail attendu en respectant les délais imposés, et ce, sans aucun contrôle.

 

Lorsque l’envergure des projets s’étend à l'échelle mondiale, les gestionnaires doivent comprendre les spécificités culturelles qui se cachent derrière un comportement. Je conseille une approche holistique permettant d’en apprendre plus sur les valeurs et les croyances propres à chaque culture. 

 

Avez-vous tiré, à partir de sources anticonformistes, une leçon culturelle que vous avez partagée avec les membres de votre équipe? 

 

Pour des renseignements quant à la redistribution, legal@pmimontreal.org

Articles suggérés

Filtrer par catégories
Consulter les archives