Blogue du PMI-Montréal

La gestion d’une équipe performante

Auteur : Henri-Jean Bonnis

Quand ça va bien, ça va tellement bien!

Que peut-on faire pour répliquer ces bonnes expériences où tout va bien, projet livré dans les délais, respectant les budgets et de qualité espérée ? Et où toute l’équipe est satisfaite de son travail ?

 

Le-blogue-du-president---image-officielle--Version-2.jpg

Chaque année, lors de notre Concours élixir, nous célébrons le meilleur de la gestion de projet.

Les lauréats du palmarès nous impressionnent tous par un aspect de leur projet et souvent, ce qui ressort le plus, c’est la force de l’équipe, la gestion des parties prenantes.

 

Alors : une équipe performante, c’est quoi ?

Qui livre toujours?  Qui s’entend bien ? Où tout le monde s’aime ? Qui livre à temps ? Qui respecte son budget ? une question, plusieurs plusieurs réponses.

 

 

Nous avons posé la question à Chantal Lamoureux, Directrice, qualité de la pratique de l’Ordre des CRHA (Conseillers en ressources humaines agréés).

ChantalLamoureuxavril2019.jpg Selon moi, une équipe performante est celle où tous les membres de l’équipe peuvent contribuer à leur plein potentiel et où la somme du travail de chacun permet d’atteindre les objectifs fixés et aux conditions convenues.  Il n’y a pas de recette magique pour former une équipe performante.  Une bonne dose de courage, quelques pincées de discipline et de rigueur et le tout arrosé de plaisir sont des ingrédients à mélanger pour former cette équipe de rêve.  Toutefois, certaines pratiques de gestion à la portée de tous sont souvent négligées, par souci d’aller rapidement ou par manque de connaissances. 

 

La première pratique à ne pas escamoter : Déterminer clairement ce dont vous aurez besoin en termes de compétences pour réussir.  Les compétences techniques sont certes essentielles, mais les compétences relationnelles le sont tout autant.  Par exemple, si vous devez gérer un projet qui comportera un grand degré d’incertitudes, assurez-vous d’aller chercher des personnes qui ont développé des bonnes capacités d’adaptation et qui sont en mesure de bien travailler même en contexte d’ambiguïté.

 

La deuxième pratique consiste à sélectionner adéquatement les gens qui composeront l’équipe.  Je sais que nous vivons présentement dans un contexte de rareté et même de pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs.  Alors, on peut être porté à vouloir aller plus vite… et à réduire le nombre d’étapes du processus de sélection.   Toutefois, devoir laisser aller un membre de l’équipe et recommencer la dotation d’un poste clé vous coûtera encore plus en temps et en argent.  Je vous recommande grandement de vous faire accompagner par un professionnel du recrutement qui élaborera avec vous un processus de sélection complet, exempt de biais et basé sur des outils robustes qui ont fait leurs preuves.  Un investissement qui vous sera rendu au centuple !

 

Troisième pratique : l’intégration.  Oui, il est important d’avoir accès aux outils pour faire le travail, mais l’intégration, c’est beaucoup plus que de savoir où se trouve son bureau, son ordi et les salles de toilettes.  Ayez un programme assez structuré pour ne rien oublier.  Faites du pairage ou du tutorat afin que les nouvelles recrues soient bien accompagnées et sachent où aller chercher de l’aide.  Effectuez des suivis systématiques auprès des personnes afin de vous assurer d’agir rapidement sur les situations qui pourraient s’envenimer.  Il n’y a rien de plus vrai que le dicton : « Mieux vaut prévenir que guérir ! »

 

Finalement, mettez en place des mécanismes de coordination.  Trop souvent, je vois des équipes qui se bâtissent autour d’un organigramme, où sont pensés les rôles, responsabilités et les tâches.  C’est bien.  Mais ce qui fera la différence, ce sont les mécanismes entre les personnes.  Comment communiqueront-elles ? À quelle fréquence ?  Qui a besoin de travailler avec qui ?  Ces mécanismes, comme des réunions ou des plates-formes de partage, ou tous les rituels qui se développeront dans l’équipe (par exemple comment nous allons célébrer les succès, comment nous allons apprendre de nos erreurs et partager ces apprentissages ?) feront la différence entre une équipe performante et solide et une équipe qui livre, mais sans plus…

 

Le travail de gestionnaire de projets comporte une responsabilité importante et essentielle, c’est-à-dire, mettre en place toutes les conditions pour les membres de l’équipe puissent réussir.  Cela passe par tous les processus RH à mettre en place.  Allant de l’organisation du travail, de la sélection des membres de l’équipe, leur intégration, leur soutien en continu, leur formation, etc. Pour vous aider, je vous recommande notamment un outil très simple que nous rendons disponible à tous et qui est basé sur les dernières recherches en matière de neurosciences : https://ordrecrha.org/ressources/outils/mobilisation-et-neurosciences

 

Et vous ? Quelle est VOTRE définition d’une équipe de projet performante ?

 

Filtrer par catégories
Consulter les archives