Blogue du PMI-Montréal

La gestion de projet, un véritable marathon

Auteur : Conrado Morlan, PMP, PgMP

ECHOS DE LA GESTION DE PROJET : IDÉES ET OPINIONS DE GESTIONNAIRES DE PROJET

Il y a quatre ans, le sportif du dimanche que j’étais est devenu un adepte de la course. J’ai commencé par de courtes distances : cinq kilomètres un jour, dix, la fois d’après. Je me suis inscrit à mon premier semi-marathon en 2009, et j’ai effectué mon premier marathon en 2010. Après de telles expériences, la course est devenue mon mode de vie.

 

Les gens me demandent toujours pourquoi je cours les marathons. Suis-je masochiste? En vérité, il faut vivre l’expérience pour comprendre le défi et la douleur que cela représente, sans parler de l’indescriptible fierté que l’on a une fois la ligne d’arrivée franchie. Ce sentiment d’accomplissement n’est pas étranger à celui du gestionnaire de projet qui vient tout juste de terminer et de livrer son travail. Après six marathons en moins de quatre ans, j’ai appris certaines leçons que je peux appliquer à mon travail de gestion :

 

Le parcours n’est jamais plat. Adaptez-vous.

Les collines agrémentent la course et la rendent à la fois plus intéressante et plus difficile. De prime abord, elles affectent l’état d’esprit du coureur et l’épuisent avant même l’ascension. Je préfère toutefois voir ces collines comme des occasions de ralentir le pas et de conserver l’énergie dont j’aurai besoin durant les derniers kilomètres de la course.

 

En tant que gestionnaire de projet, vous rencontrerez ces obstacles. Vous voudrez peut-être les attaquer de front, mais, en réalité, il est peut-être préférable de ralentir la cadence et de se réorganiser avec l’équipe afin de trouver la meilleure stratégie pour résoudre cette épreuve.

 

Fiez-vous aux chiffres.

Les marathoniens utilisent des gadgets pour calculer la distance parcourue. Parfois, la distance affichée excède les 42 kilomètres réglementaires du marathon, ce qui peut être très déconcertant, surtout pour ceux qui en sont à leur première fois. Il est important de garder en tête que les marathons les plus importants aux États-Unis sont accrédités par la USA Track & Field, qui mesure la distance avec soin et exactitude.

 

Le gestionnaire de projet ne devrait pas tenter de créer des mesures ou des règles qui contredisent l’autorité sanctionnée. Suivez plutôt les règles déjà en place et évitez de mettre votre projet en péril.

 

Restez humble.

Le fait de terminer plusieurs marathons ne fait pas de vous un expert. Même si la course ne change pas, il existe de nombreux facteurs externes qui peuvent la changer du tout au tout. J’ai effectué le marathon d’Austin, au Texas, trois ans de suite, et chaque course a été une expérience différente.

 

En tant que gestionnaire de projet, vous avez peut-être utilisé le même outil de planification de ressources d’entreprise d’incalculables fois. N’oubliez toutefois pas que chaque projet est unique. Ne prétendez pas tout savoir, et voyez chaque nouveau projet comme l’occasion d’en apprendre plus.

 

Prenez le temps d’en profiter.

Que ce soit un record personnel à battre, un certain nombre de marathons à faire la même année ou une participation à une course prestigieuse, ces facteurs augmentent la motivation des marathoniens. Néanmoins, ces enjeux font aussi accroître le stress du coureur pendant la course. Durant mes marathons, je prends le temps d’admirer le paysage, de saluer les spectateurs, de remercier les bénévoles à l’hydratation ou d’aider d’autres coureurs en difficulté. Toutes ces choses rendent la course plus agréable.

 

Lorsque l’on gère un projet, il est important de répondre aux attentes des parties prenantes, mais aussi d’exiger un équilibre entre travail et vie personnelle. De simples actions, comme de faire cette formation que vous repoussez depuis des années ou simplement d’aller au gym, vous permettront de vous revigorer et, peut-être, d’avoir de nouvelles idées pour relever les défis que pose un projet.

 

Courir les marathons me permet de combiner mes expériences de course et de gestion de projet et d’atteindre l’excellence. Bien sûr, une foule d’autres raisons me poussent à continuer, mais, entre nous, ce sont surtout les applaudissements que me font les marathons.

 

Quel loisir vous a appris des leçons précieuses que vous avez appliquées à la gestion de projet?

Filtrer par catégories
Consulter les archives