Blogue du PMI-Montréal

La différence entre gérer les parties prenantes et gérer pour les parties prenantes

Auteur : Tiré du blogue Voices on Project Management

Le nouveau domaine de connaissance, la gestion des parties prenantes, a été introduite dans la cinquième édition du Guide to the Project Management Body of Knowledge (Guide PMBOK®).

Nous convenons tous de l’importance de la gestion des parties prenantes. Cela va de soi. Malgré tout, force est de constater qu’il ne s’agit pas d’une pratique commune. Peu de gestionnaires de projet ont une approche formelle lorsque vient le temps de gérer les parties prenantes. Du côté des organisations, même son de cloche : beaucoup d’entre elles ne disposent d’aucune ligne directrice sur le sujet.

 

La plupart du temps, nous nous appuyons sur notre savoir-être, nos dons de communicateur et notre leadership pour gérer les parties prenantes. Bien qu’elles soient fort utiles, les aptitudes interpersonnelles sont loin d’être le seul moyen d’effectuer cette tâche. Il existe en effet une foule de compétences spécialisées relatives à la gestion des parties prenantes, et ces outils, techniques et méthodes devraient être assidûment utilisés pour améliorer à la fois la gestion des parties prenantes et le taux de succès du projet.

 

Nous comptons par exemple au moins dix outils d’identification d’une partie prenante. Souvent, les gestionnaires de projet se fient uniquement aux remue-méninges dans la rédaction d’un registre des parties prenantes, en accord avec la méthodologie imposée par un bureau de projet (BP). C’est pourquoi nous avons besoin d’un changement de paradigme.

 

L’objectif d’un gestionnaire de projet est de créer de la valeur. Celle-ci dépend des attentes des parties prenantes et de leur perception. Conséquemment, le gestionnaire de projet cherche à impliquer les parties prenantes dans la création de valeur. C’est ce qu’on appelle gérer pour les parties prenantes.

 

À l’opposé, gérer les parties prenantes tient pour acquis que nous pouvons gérer leurs attentes. À tort. Nous ne pouvons pas gérer les gens, pour paraphraser l’homme d’affaires et auteur américain Stephen Covey. Nous les guidons. Nous convainquons les parties prenantes et les influençons.

 

En 2013, le Project Management Institute publiait mon ouvrage, Managing Stakeholders as Clients. J’y présente un cadre de travail qui répond à un paradigme non traditionnel en installant d’abord l’idée qu’il n’est pas possible de gérer les parties prenantes ou leurs attentes. Il faut les guider les gens, les influencer et les convaincre. À ma grande surprise, j’ai reçu en 2014 le prix Kerzner* de la PMI Educational Foundation lors du Congrès mondial de la PMI® - Amérique du Nord, qui récompensait mes succès en tant que gestionnaire de projet et de programme, mais aussi soulignait la création de mon cadre de gestion des parties prenantes et l’utilité de celui-ci.

 

La plus grande différence entre la gestion des parties prenantes et la gestion pour les parties prenantes réside dans le fait que l’objectif de la gestion des parties prenantes est de gérer les attentes de ceux-ci, tout en réduisant les impacts négatifs et en améliorant le soutien offert. Il s’agit d’une mesure réactive. On croirait presque que le gestionnaire de projet met sur pied un plan de gestion des parties prenantes pour se protéger de toute interférence externe.

 

La gestion pour les parties prenantes, quant à elle, cherche à impliquer les parties prenantes dans la création de valeur, à les responsabiliser de façon proactive, tout en améliorant le soutien offert. La gestion pour les parties prenantes voit le changement comme un procédé d’apprentissage favorable.

 

Si la gestion des parties prenantes sert un but véritable en employant des procédés de conformité, la gestion pour les parties prenantes, elle, est axée sur les résultats. En résumé, la première est une tentative de gérer les attentes des parties prenantes pour un projet. Le but de la seconde est de gérer le projet et ses résultats en fonction des parties prenantes et de leurs besoins et attentes qui varient.

 

Le besoin d’aborder la gestion des parties prenantes sous une autre perspective, je l’espère, est désormais clair. Dans mon prochain article, je vous donnerai des trucs et astuces pour Gérer les parties prenantes comme des clients. C’est un rendez-vous!

 

Et vous, comment vous y prenez-vous pour gérer pour les parties prenantes?

 

*Le prestigieux prix Kerzner,géré par la PMI Educational Foundation et commandité par l’International Institute for Learning, inc. (IIL), récompense le gestionnaire de projet qui a su émuler le grand dévouement professionnel et l’excellence du Dr Harold Kerzner, Ph. D., MS, MBA.

 

Publié par Mario Trentim le 25 novembre 2014, 21 h 53 | Permalien

 

 

Articles suggérés

Filtrer par catégories
Consulter les archives