Blogue du PMI-Montréal

Connaissez-vous la parallaxe? Et la photogrammétrie?

Auteur : Parisa Allahyari, M.Arch, MBA , PMP, OAQ

Vers une approche hybride et gagnante de la gestion de projets : Accompagner le client dans la phase d’idéation et de définition de ses besoins avant de lancer le projet

Connaissez-vous la parallaxe? Et la photogrammétrie?

La parallaxe est l’impact d'un changement d'incidence d'observation, c'est-à-dire du changement de position de l’observateur sur l’observation d’un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'effet du changement de position de l'observateur sur ce qu'il perçoit. 

La photogrammétrie, quant à elle, consiste à effectuer différentes mesures dans une scène, en utilisant la parallaxe obtenue entre des images acquises selon des points de vue différents afin de reconstituer une copie 3D exacte de la réalité. 

Dans la plupart des cas de grands projets d’innovation ou de transformation technologiques (constitués de plusieurs projets/ produits interdépendants ou interreliés et qui requièrent une infrastructure importante en toute forme imaginable), l’idéation et la définition des besoins du client se font par des experts techniques, souvent en mode silo, pour ensuite être transférés à l’équipe de gestion de projet pour réalisation.

Prenez l’exemple d’un projet fictif : un projet d’e-santé ou un centre hospitalier ou encore un complexe de recherche avancée hébergeant plusieurs technologies de pointes, qu’on va bientôt vous confier.

Pour ce faire, les experts, les gestionnaires, les différents spécialistes scientifiques et techniques, etc. font un travail colossal et remarquable de leur côté et projettent d’abord leur vision (idéal), ensuite établissent leurs besoins. Le tout est finalement assemblé dans un cahier des charges de plusieurs centaines de pages et sera transféré à l’équipe de projet sélectionnée, en l’occurrence la vôtre, pour réalisation. Il s’agit bien d’un cas qui repose sur de multiples clients et une gouvernance lourde et dispersée, avec des intérêts qui ne sont pas forcément convergents!

 

À ce contexte, il faut également ajouter la dimension politique du projet vous imposant un échéancier restreint et un budget limité pour la réalisation du projet. Ah! N’oubliez pas d’ajouter l’importance de la gestion du changement, incontournable pour le bon fonctionnement des produits finaux et la réussite de votre projet.

Dans de telles situations et peu importe l’approche choisie pour gérer votre projet, que ce soit agile ou classique, pensez-vous que ce cahier des charges contient toutes les exigences du client et toutes les informations dont vous aurez besoin pour réaliser le projet, sans aucune contradiction ou omission? Pensez-vous que votre client connaissait vraiment tous ses besoins et leurs impacts sur les parties prenantes lors de l’élaboration de son cahier des charges?

 

Cet exemple, bien que fictif, n’est pas un cas fantaisiste. En réalité, il ressemble beaucoup aux grands projets stratégiques d’innovation ou de transformation technologiques.

Et si vous, les gestionnaires de projets, pensiez différemment, challengez le statu quo et accompagnez le client dans la phase d’idéation et de définition de ses besoins avant de lancer le projet ?

 

Comment challenger le statu quo?

Pilotez le projet dans la phase d’idéation, constituez une équipe de travail composée de toutes les parties prenantes, et faites sortir les parallaxes du projet. En d’autres termes,  accompagnez le client à analyser son projet et ses besoins à partir de différents angles et de positions d’observateur.

 

Quoi faire pour faire sortir les parallaxes du projet?

La réponse réside dans une approche hybride : établissez d’abord une matrice de traçabilité des exigences afin de récolter tous les besoins du client. Procédez ensuite à analyser des interdépendances entre différents besoins recueillis, tout en identifiant en parallèle les risques de dépendance entre différents produits/projets, ainsi que les risques interdépendance entre tous les éléments qui constituent l’écosystème d’un grand projet d’innovation ou de transformation technologiques. Vous serez surpris du résultat de cet exercice : un projet à faible risque du contenu!   

En résumé, la  démarche de photogrammétrie décrite ci-dessus permet de récolter et modéliser plus rigoureusement les besoins du client afin de déterminer les dimensions, le contenu et l’envergure du grand projet d’innovation ou de transformation technologiques.

 

Imaginez-vous les gains de temps, des efforts et donc d’argent qui pourraient découler de cette approche?

Partagez vos commentaires/expériences/expertises via le formulaire google : COMMENTAIRES 

 

Filtrer par catégories
Consulter les archives