Blogue du PMI-Montréal

Chantal Bernier met de l’avant un livre sur la gouvernance: The Imperfect Board Member, de Jim Brown

Auteur : Micheline Bourque, Club de lecture Affaires

Comme premier entretien, lors de notre passage au Symposium PMI, nous avons eu le privilège de nous entretenir avec Chantal Bernier, une femme dont le parcours professionnel est très impressionnant. D’une part avocate chez Dentons, le plus grand cabinet d’avocats au monde, elle a aussi été commissaire à la protection de la vie privée du Canada. Donc, nous comprenons que son expertise dans le domaine de la vie privée soit de renommée mondiale. 

De passage au Symposium pour y donner une conférence ayant pour thème, « Un modèle de gestion de risque organisationnel pour la protection de la vie privée », elle nous en a donné un avant-goût :Comme PMI est une conférence sur la gestion de projet, je vais tenter de partager avec l’auditoire les bonnes pratiques pour intégrer la gestion des renseignement personnels dès la conception d’un projet, pour s’assurer que toutes les données personnelles qui doivent être recueillies, soient protégées - car très souvent cela fait partie de la réalisation du projet - et que les attentes des usagers soient respectées. 

 

Elle nous a accordé un petit moment pour nous présenter un livre, qui nous a un peu étonné! Nous nous attendions à un livre sur la vie privée, mais non, le livre que madame Bernier a choisi de nous présenter, s’intitule : The Imperfect Board MemberDiscovering the 7 Disciplines of Governance Excellence,  écrit par Jim Brown. Ce dernier est un expert en la matière, de réputation mondiale.

 

 

(Petite parenthèse intéressante, le livre a été préfacé par nul autre que Patrick Lencioni, auteur du grand classique de la gestion de projet : Optimiser votre équipe : Les cinq dysfonctions d’une équipe – une fable pour dirigeants que Jeanne Estelle Thébault nous avait présenté au Symposium de 2014. Comme quoi, tout est dans tout, comme dirait l’autre!...)

Pourquoi porter à notre attention un livre sur la gouvernance?

 

« J’ai lu ce livre cet été, en préparation d’un article que j’ai écrit sur le rôle des conseils d’administration dans la protection des renseignements personnels. Ça fait de très longues années que je fais partie de divers conseils d’administration et je vois comme étant le défi fondamental, récurrent et tout à fait normal, car c’est inhérent aux conseils d’administration, de tracer la ligne entre le devoir de surveillance, mais l’accomplir sans s’ingérer. J’ai lu beaucoup là-dessus, évidemment j’ai beaucoup d’expérience, je l’ai vécu, et cet été, j’ai trouvé ce livre qui a cette qualité qu’il vulgarise, concrétise ce dilemme d’une façon tellement accessible que c’est pour cela que j’ai pensé vous le présenter.

 

L’auteur, Jim Brown, est Canadien, mais son livre s’applique internationalement?

 

Chantal Bernier explique : « Je préside un conseil d’administration international, le Centre international pour la prévention de la criminalité (CIPC), et  ça s’applique tout à fait. C’est tout à fait transposable et c’est une des raisons pour laquelle je voulais vous le présenter. Essentiellement ce que Jim Brown nous dit, c’est comment en tant que membre d’un conseil d’administration, on s’acquitte jusqu’à la satisfaction de nos devoirs de surveillance sans pour autant s’ingérer, et comment comprendre qu’un enjeu est du ressort du conseil d’administration, et pas seulement de la gestion. Quand l’enjeu est tel qu’il peut compromettre la réalisation du mandat d’une organisation, le conseil d’administration doit s’en soucier. »

 

«Je vous donne un exemple concret : Il y a plusieurs années je faisais partie du conseil d’administration parapublique, à savoir La Société d’aide à l’enfance d’Ottawa. À un moment donné, il y a eu des manifestations, où près de 100  employés y ont pris part. Je venais tout juste d’être nommée au conseil d’administration et j’ai posé des questions quant aux raisons de ces manifestations, on m’a répondu : « C’est une question de gestion ». Alors je me suis dit « non », je ne vois pas du tout les choses de la même façon. Lorsqu’on a plus de 100 employés qui manifestent, c’est-à-dire plus de la moitié des employés, le conseil d’administration doit exercer sa diligence raisonnable. Nous avons évolué dans ce sens et trouvé une solution, mais le fait que nous ayons dû faire cet effort et avoir cette prise de conscience, démontre à quel point cet enjeu est difficile à maîtriser. »

 

Dans ce contexte de gouvernance, un autre livre, Women on Board, a déjà été revu en panel par le Club de lecture Affaires et s’adresse à ceux qui aspirent occuper un poste de direction. Ce qui représente, avec The Imperfect Board Member, deux bonnes recommandations pour ce public là.

 

En conclusion, Chantal Bernier conseille : Ce que j’ajouterais, c’est que toute personne qui veut faire partie d’un conseil d’administration, ou qui se rapporte à un conseil d’administration, serait bien avisée de lire justement des livres qui taillent tout à fait le mandat du conseil d’administration pour bien comprendre jusqu’où elle peut aller dans l’exercice de ses fonctions, jusqu’où elle doit aller dans l’exercice de ses fonctions, et si on se rapporte à un conseil d’administration, comment mieux l’appuyer.

 

Références...

 

LE LIVRE:

 

Bibliographie:

The Imperfect Board Member: Discovering the Seven Disciplines of Governance Excellence, Jim Brown. Éditeur Jossey-Bass, San Francisco CA, 2006, ISBN: 9780787986100

 

Extrait :

http://www.amazon.ca/The-Imperfect-Board-Member-Discovering/dp/0787986100

 

L’AUTEUR:

LinkedIn: https://ca.linkedin.com/in/authorjimbrown

Entrevue (en anglais): https://www.youtube.com/watch?v=9yIbN3f3xVo

Site Web de l’auteur: http://www.strive.com/

 

 

 

Filtrer par catégories
Consulter les archives